Home 10 Actualité 10 Marie Noëlle Koyara quitte l’Agriculture sous une pluie d’hommages

Marie Noëlle Koyara quitte l’Agriculture sous une pluie d’hommages

Share Button

 Mme le Ministre d’Etat en charge du Développement du monde rural, Marie Noëlle Koyara a passé la main au Ministre Honoré Féizouré, en présence de l’Inspecteur d’Etat Noël Evariste Gawaka. En quittant l’Agriculture, Marie Noëlle Koyara a reçu une pluie d’hommages de la part de son personnel, ainsi que du nouveau Ministre. Occasion pour le Ministre Honoré Féizouré de tracer, à son personnel, la ligne de conduite à tenir pour le pari de la sécurité alimentaire.

Quelques heures seulement avant la tenue du premier conseil des ministres du gouvernement Sarandji, le Ministre Honoré Féizouré, Ministre de l’Agriculture et du développement rural a été installé dans ses fonctions. Au-delà d’une simple cérémonie de passation de service entre Marie Noëlle Koyara, la Ministre d’Etat sortante et son successeur, une pluie d’hommages à cette dame qui a occupé quasiment le centre du pouvoir du régime Samba-Panza.
Hommage à Koyara
« Je dis que c’est Dieu qui nous a envoyé cette femme », a soupiré un cadre parmi la foule du personnel mobilisée pour dire au-revoir à leur désormais ancienne patronne.

Visiblement, très peu de place et de temps ont été consacrés, lors de cette cérémonie, aux grandes lignes et directives de travail du nouveau Ministre à son personnel. Tout le monde est préoccupé par le départ de Mme Marie Noëlle Koyara que le Ministre Féizouré a qualifié d’une « courte pause » qu’il a souhaitée « aller très vite », afin que l’ancienne Ministre d’Etat soit responsabilisée le plus rapidement possible au service de l’agriculture.
« Vraiment, je tiens à rendre un hommage mérité à Madame le Ministre d’Etat Marie Noëlle Koyara, d’abord personnellement pour m’avoir encadré dans ce secteur », a avoué le Ministre Féizouré avant d’ajouter « Je rends témoignage de ce que mon premier voyage professionnel, je l’ai effectué grâce à elle avant de persévérer toujours sous son encadrement jusqu’à devenir ministre à sa place aujourd’hui. Lorsque j’ai appris ma nomination, beaucoup de collaborateurs m’ont envoyé des messages de félicitation ; mais je dis plutôt que c’est à notre grande sœur, notre marraine Koyara que nous devons cette félicitation, parce que tout cela, c’est grâce à elle ».

Il ressort tout de suite de ce témoignage que le Ministre Honoré Féizouré n’est pas étranger de sa nouvelle maison, puisqu’il considère Mme Koyara comme une « marraine », ce que la Ministre d’Etat mérite bien pour avoir fait de l’Agriculture, non seulement une vocation mais sa passion au point de servir ce secteur au plan international, notamment en tant que Représentante de son pays auprès de la FAO.

L’éloge de Koyara n’en finissait pas à cette occasion. Le regret de son départ de l’Agriculture a été sur toutes les lèvres. Le Ministre Féizouré a repris sur un autre temps, notamment en ce qui concerne la communication qui doit être la clé de voûte de toute action auprès de la population à la base. « Ce que je dis aujourd’hui, ce n’est pas parce qu’elle est là. Madame Koyara m’a formé pendant trente en m’envoyant partout dans le monde, au Japon, à Montpelier, etc. Je crois en une seule chose : c’est qu’elle a la vision du développement de l’Agriculture dans sa globalité. Ce qui justifie la mise en place, à son initiative, du groupe de communicateurs du monde rural [Le Réseau des journalistes pour le développement rural (RJDR)]. Et, on va s’inscrire dans la suite, parce qu’il n’y a pas d’autres voies que ce qu’elle a tracé. C’est pour le bien de la population et pour le bien du pays », a déclaré le Ministre Féizouré.

Les défis à relever
A ce jour, beaucoup s’accordent à dire que l’avenir de la République centrafricaine réside dans son agriculture. Puisqu’il s’agit d’un secteur qui occupe et nourrit plus de 80% de la population centrafricaine. Lorsque l’on déplore le chômage chronique en milieu jeune, beaucoup d’observateurs et analystes ont fait savoir que cette situation est la résultante du désintéressement des jeunes au travail de la terre, d’où le phénomène de l’exode rural, ainsi que l’attraction des jeunes par les sinistres offres des groupes armés.

Il faut redonner goût de l’agriculture à la population. Cela passe tout naturellement par une bonne politique agricole, ce que le Ministre Féizouré a appelé les défis à relever. « Je pense qu’en prenant la tête du Département de l’Agriculture, je vois plutôt les défis que nous devons relever », a-t-il avoué. Selon le Ministre, « Madame le Ministre d’Etat Koyara a mis la barre très haute avec toutes ses expériences à la FOA. A ce jour, elle a remis le Département en marche, tous les cadres ont repris le travail, la Feuille de route triennale de relance de l’Agriculture centrafricaine (2016-2018) et le Plan d’action ainsi que les Plans régionaux ont été réalisés et approuvés parles partenaires. Donc, partant de là, elle a mis tout cela sur mes épaules. Tel est le défi que nous devons tous avec vous, mes collaborateurs Agronomes ici présents, relever pour ne pas décevoir notre population. Aujourd’hui, il faut que les gens mangent, il faut que la sécurité alimentaire soit résolue pour qu’il y ait la paix dans le pays », a martelé le Ministre Féizouré.
Féizouré, l’homme de la situation

Des critiques peuvent être portées sur le gouvernement Sarandji, certes ; mais le choix du ministre de l’Agriculture semble véritablement répondre au critère de compétence annoncé par le Président de Touadéra. Honoré Féizouré a été un cadre ressortissant du ministère de l’Agriculture. Agronome de formation, l’homme a été nommé, alors qu’il a était encore en mission à l’extérieur pour la cause du développement de l’Agriculture.
Le témoignage de la Ministre d’Etat sortante a été plus rassurant de l’homme qui pend désormais les reines de l’Agriculture centrafricaine. « Du fond du cœur, je félicite mon frère Honoré Féizouré qui vient aujourd’hui me remplacer », a-t-elle avoué avant d’indiqué dans un style métaphorique que « le souhait d’une mère de famille responsable est celui de voir parmi ses enfants, celui à qui il a plus confiance, réussir sur ses pas. Et lorsque cet enfant chéri arrive à combler le souhait émis, toute la joie est pour la mère. C’est exactement la joie qui m’a comblée aujourd’hui de voir Honoré me succéder à la tête de ce Département ».

Mais, la Ministre d’Etat n’est pas partie sans bénédiction pour le ministère de l’Agriculture. A ce sujet, son message est orienté vers le personnel, à qui elle a souhaité une bonne collaboration avec le nouveau ministre pour la consolidation des acquis de son passage. « Je demanderais à tout le personnel de travailler avec le nouveau Ministre qui est pour eux tous, un collaborateur de longue date bien connu pour l’aider à relever le défi de l’Agriculture », a fait savoir Mme Koyara. Elle a expliqué par ailleurs que « Si la mission du Ministre se déroule bien, cela veut dire que les cadres de ce Département ont bien travaillé ; mais si jamais la mission est moins satisfaisante, la responsabilité est partagée avec les cadres. Mobilisez-vous autour de votre Ministre, car vous avez tous les ingrédients aujourd’hui, notamment le Plan d’action et les Plans régionaux. Etant cadre du Département, si je peux me rendre utile, je le ferai avec gaieté de cœur ».
Bonne « courte pause » à cette dame qui a réformé pour cette transition, les Travaux publics, la Défense nationale, puis le Monde rural.

Facebook Comments
Share Button

A propos admininfo

Check Also

Centrafrique : Les criminels du km5 s’affrontent après un braquage mal tourné

Le 3e arrondissement de la ville de Bangui s’est réveillé ce 10 aoà»t...

Centrafrique /Alindao : Le président Touadéra lance des projets au profit de la population locale

Le Chef-lieu de la Préfecture de la Basse-Kotto, Alindao a été le théâ...

Le chanteur ivoirien DJ Arafat est mort DEUX MINISTRES IVOIRIENS CONFIRMENT

“C’est vrai. La triste nouvelle est une réalité. DJ Arafat, mon fils ...

%d blogueurs aiment cette page :